En Avant Cachan :
« Bonjour Maxime, peux-tu nous expliquer en quelques mots tes origines et ce qui te lie à notre ville ? »

Maxime Mégret-Merger :
« Bonjour ! Je suis issu d’une famille cachanaise qui a élu domicile avenue Léon Blum en 1950. Ce n’est pas tout récent ! Fils d’enseignants expatriés pendant 14 ans, mes parents ont choisi de rentrer à Cachan pour que je voie le jour entouré des miens. »

EAC : « Tu ne passes donc pas ton enfance à Cachan ? »

MMM : « Ma toute première expérience scolaire a eu lieu à l’école du Coteau avec Madame Bourbotte, puis j’ai passé tous mes Noël et une partie de mes grandes vacances à Cachan. Mais une partie de mon enfance et de ma scolarité s’est faite à l’étranger, Moscou et Conakry. Cachan représente donc pour moi l’ancrage familial. »

EAC : « Que retiens-tu de cette vie à l’étranger ? »

MMM : « J’y ai acquis une attirance pour des cultures différentes, appris le respect de notre planète, la connaissance de l’autre et l’ouverture d’esprit.

EAC : « D’où vient ton engagement politique ? »

MMM : « C’est une affaire de famille. Mon père était membre actif du parti socialiste à Conakry à la fin des années 80. De retour en France, dans la région lyonnaise, j’ai poursuivi des études d’histoire à l’Université Jean Moulin Lyon III axées sur l’histoire antique, le patrimoine, et l’histoire de l’Afrique. Durant ces années universitaires, je me suis engagé comme membre actif de l’UNEF. J’ai siégé 4 ans au Conseil d’Administration de l’Université comme élu étudiant, où j’ai lutté avec mes camarades contre la présence et l’influence de l’extrême droite au sein de l’établissement. Mon combat contre toutes formes d’extrémisme et mon intransigeance face à leurs stratégies prennent racines pendant ces années lyonnaises. »

EAC : « Pourquoi es-tu revenu à Cachan ? »

MMM : « En 2005, j’ai quitté la ville de Lyon et me suis consacré pleinement à ma vie professionnelle : historien et expert en objets historiques. Elle m’a mené à Marseille, puis dans la région rennaise avec de multiples expériences à l’étranger, États-Unis, Suisse, Belgique. Au cours de ce parcours, j’ai acquis une certitude : en équipe on peut réaliser de grandes choses !
Professionnellement, j’ai essayé à plusieurs reprises de revenir en région parisienne. Et lorsque l’occasion s’est présentée en 2015, ce fût une évidence pour moi de m’installer à Cachan, dans la maison familiale avec ma grand-mère dans un premier temps, avant d’acheter un appartement près de la gare RER Arcueil-Cachan. »

EAC : « Qu’en est-il de ton engagement politique et citoyen ? »

MMM : « À mes yeux, l’engagement politique et citoyen, pour être sincère, plein et entier, doit avoir du sens. La philosophie de la candidature d’Emmanuel Macron, ainsi que celle du mouvement En Marche – remettre les actions des individus au centre de la politique – m’a convaincu de m’engager. Lors des législatives de 2017, je me suis mobilisé aux côtés d’Albane Gaillot, notre députée. À ses côtés, j’ai pris conscience des problématiques et des enjeux de notre territoire. Les législatives gagnées, j’ai mis ma force de travail et de réflexion au service du comité Culture du Val-de-Marne, tout en m’impliquant au niveau local en tant que co-animateur du comité de Cachan. J’ai également intégré la première promotion de l’institut de formation 1000Talents afin de monter en compétence. »

EAC : « Tu as été investi par LaREM et soutenu par le Modem… »

MMM : « Je mesure pleinement l’honneur et les responsabilités que cela implique ! Mais ma candidature est avant tout la candidature d’une équipe ouverte à tous ! »

EAC : « Quels sont les grands principes qui guident tes actions et vont guider ta campagne ? »

MMM : « Le premier : l’écologie. Je veux que la première adjointe ne soit plus déléguée aux Finances mais en charge du respect de l’environnement, du développement durable et de la transition énergétique. Car je veux changer de paradigme : chaque projet sera examiné à travers ce prisme ! Ensuite je veux remettre l’éthique et la transparence au cœur de la politique de la ville. Je m’engage donc à respecter les 30 engagements d’Anticor, l’association indépendante anti-corruption. Enfin, l’humain, le respect et la justice au cœur de toutes mes actions, au cœur de toutes les politiques publiques, au sein de la ville et de l’EPT. Nous pourrons ainsi agir au service des Cachanais(es) pour une ville écologique, sûre, dynamique, innovante et solidaire. »

EAC : « Quel appel lances-tu aujourd’hui ? »

MMM : « Continuons le dialogue, rencontrons-nous, débattons à l’occasion des ateliers que nous organisons, devant chez vous, au marché, à la Cité Jardins, au Coteau, à Courbet, rue Guichard, à la Plaine, bref partout. Et riches de nos échanges, toujours dans l’intérêt collectif, construisons et décidons ensemble le futur de CACHAN ! En plus de cette présence dans la ville, l’équipe est disponible, à l’écoute de tous, tous les jeudi matin à la brasserie Carnot de 8h à 9h30, et accessible par notre site internet et nos réseaux sociaux. »

Categories: Non classé

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *